AMERDICA

Le Neighb’ se servit un fond de whisky et alluma la télé. Un flot d’images identifiantes commença de lui asséner ses quatre vérités. Celles qui lui manquaient pour se sentir moins seul. Un molleton de signification se posa sur sa conscience. Tournez manège, la réclame, la météo, les infos, Noël…

Ça faisait des phrases et des phrases qu’il n’avait pas entendu parler d’autre chose. C’était un jour silencieux de décembre, avec des morts pendus dans les arbres sur la route de Vukovar, la ville des loups. Ou peut-être un autre jour, des années avant ou après, sur le dix-septième parallèle au Vietnam, au pied des tours jumelles à New-York, à Bagdad, Kaboul, Damas, Tripoli… Ou n’était-ce qu’un film en boucle ? Dans son cerveau, tout finissait par se brouiller. Impossible de se rappeler qui avait commencé.

Les journaux télévisés n’avaient pas cru bon de s’étendre. Les multinationales avaient menacé de retirer leurs budgets publicitaires si on révélait trop de détails. Seuls signes de la menace qui couvait, les bourses du monde entier n’avaient pas cessé de baisser et dans le plus puissant pays du monde, les fabriques d’armement lourd tournaient déjà à plein régime.

D’ailleurs c’était bien là le hic. Les marchands d’armes avaient eu beau racheter les médias et déployer tous leurs efforts pour faire pencher l’opinion en faveur de la guerre, ils n’avaient obtenu jusque là que de maigres résultats : à peine un petit porte-avion pour aller traquer les terroristes dans le désert de Perse. On voulait rire ou quoi ? Du coup, le prix du métal continuait de s’effondrer, entraînant dans sa chute des foules de chômeurs prêts à en découdre avec la terre entière. Mais cette fois il y avait du nouveau. Les experts avaient des preuves formelles que des apprentis sorciers non autorisés fabriquaient une bombe atomique au fin fond du désert pour nous offrir un feu d’artifice final de toute beauté. Parole de Bush.

La bouteille était vide. Le Neighb’ éteint machinalement la télé et recommença à arpenter la piaule qui se terminait au bout de trois pas par deux fenêtres donnant sur le mur d’en face. Puis, comme un automate, il enfila ses vieilles santiags et descendit marcher dans les traboules, avec l’idée plus ou moins nette de se glisser entre les grappes de filles qui gloussaient, serrées par deux ou par trois, d’humer leur souffle vaporisé par de petits jets de rires cristallins, de frôler leur insouciance nerveuse.

Le soir tombait déjà, à moins que le jour n’ait plus décidé de se lever. Il alluma sa dernière Malboro en ricanant intérieurement aux mots idiots et aux sourires figés étalés de long en large sur un mur pignon. Il jura en enjambant une merde de bestiole gavée aux croquettes. Un chien loup pensa-t-il, sans savoir pourquoi en dévalant les escaliers. Sûrement le clebs de Davy Croquette ! Il se retrouva rue des Forçats.

Pour se changer les idées, il entra chez l’arabe du coin avec l’envie de manger un MacDo. Une tête de veau fraîchement buclée l’avisa d’emblée de son oeil bleu pâle en agate. Elle semblait dire « Ici Mac Do Not ». Le courage lui manqua. Il ressortit avec de maigres olives noires et luisantes comme du plastoc.

Désœuvré, il se mit à filer le train sans conviction d’une Marilyn plutôt bas noirs et fumeuse des rues. De toute façon, elle était sûrement comme les autres, à savoir qu’elle ne menait nulle part. Sinon au frigo d’une belle-mère décorée comme un arbre de Noël. Avec des tas de questions indiscrètes dans le freezer pour le refroidir. Ils échangèrent un regard en coin, le temps d’un éclair, elle dans la vitrine du pinardier, lui dans la fente de son manteau qu’il trancha d’un coup de pupille sec et nerveux.

Le pinardier à la tête franchouillarde jouait du tastevin pour emballer un client. Les olives du Neighb’ firent un tour sur elles-mêmes. Il dévisagea la femme avec une insolence intérieure qu’elle prit sans doute pour un état de délabrement avancé, la taxa d’un sourire dédaigneux à 22% et poussa la porte du marchand de vin en sifflotant.

OK. Zero Killed. C’était le prix à payer pour échapper à une soirée de Noël encore plus merdique.

Plus DE TEXTES

EFFROI DANS LE DOS

Tant de paroles dites en silence Et aucun silence pour libérer la parole de l’ego Des beuglements d’amour vache Et autres bêlements d’amour divin Tant

Lire la suite >

LES MOTS RÔDENT

Les mots rôdentL’instant s’érode   Le monde tourne dans l’œilD’un cyclope aux cieux bleusÀ qui personne n’ose dire son nomSur le seuil de l’abîme  

Lire la suite >

TERRE D’ÉCUEIL

Étoile noire reniéePar le jour naissant   À la rive nul n’arrive À genoux sur l’écumeD’une mer sans rivage   Dans le roulis des bannisLe

Lire la suite >

L’ÉNIGME

La vraie question : pourquoi sommes-nous si intelligents alors que « le reste » de l’univers est sans réponse ?

Lire la suite >

BIBI

Au fond quelle importance si j’ai plus ou moins de soixante dix ans, auxquels tu peux ajouter des centaines de jours depuis mon dernier anniversaire,

Lire la suite >

TRA DUE PACI

Sulla guerra non si può ragionare o piuttosto si può ragionare solo su chi è stato il primo a sparare, su chi ha ragione e

Lire la suite >

MICTION

Chaque fois que je m’absente derrière un arbre, je me sens obligé de lui dire  que je ne suis au fond qu’un animal l’arrosant d’un

Lire la suite >

D’ART MONI

Les bras écartés comme des flèchesJe n’ai plus de méridien que le tienJe porte en moi tes yeuxD’un voyage immobileRetour de contrées irraisonnéesDans l’ici et

Lire la suite >

MYTHOLOGIES PRÉCAIRES

La terre dansesous nos pieds incertainsle ballet astralde nos mythologies précaires dans le vide sidéralde nos vieilles certitudesles pleurs d’un enfant ont réveillé les titansgardiens de

Lire la suite >

AVANT DE N’ÊTRE

Je marche au pas du passé que je suisVers la représentation maladroite et toujours changeanteDe mon expression la plus ancienneAvant de naître Et je sais

Lire la suite >

ENTRE DEUX PAIX

Pour accompagner l’animation que j’ai créée, je n’ai pas trouvé mieux que ce magnifique poème d’Aldo Braibanti écrit en novembre 1996 et tiré du livre

Lire la suite >

SAOULE PONT MIRE RATS BEAUX

« En poésie nous avons des droits sur les paroles qui forment et déforment l’univers » écrivait le poète français Guillaume Apollinaire, mort de la grippe espagnole(1880-1918).

Lire la suite >

SMALL DATA

Paris, le 6 juillet 2045. Mr le psychologue en chef des Armées du Moyen-Orient et de L’Afrique de L’ouest, je souhaite attirer votre attention sur

Lire la suite >

NO DESTINY

(Toutes ressemblances avec des personnes existantes, des faits réels et des lieux de guerres permanentes sont totalement volontaires.) On pouvait dire que Destiny était une

Lire la suite >

AUX RATS DU SOL

– Vous pouvez pas rester là ! Robert n’a pas envie de décamper. Robert Dusol n’est pas n’importe qui. Une particule de noblesse dans un

Lire la suite >

MAUVAIS CALCUL

Un mauvais calcul et votre vie bascule ! Jugez plutôt. 9,43 € de l’heure. C’est ce que je gagnais au smic. Avant, quand je travaillais.

Lire la suite >

LE PETIT BLEU

Trace d’apnée juvénile Il jette son sac sur les rochers de l’Elbe, sous la maison de Mayol, plonge de l’autre côté du miroir, dans l’envers

Lire la suite >

ZOO NOEUDS 21

Vitesse estimée de lecture du poème Zone de Guillaume Apollinaire écrit en 1913 et réadapté à la prose absurde et triviale du XXI° siècle. À

Lire la suite >

LOUISE CRISE

Toi le rimailleur D’ici ou d’ailleurs Rempailleur de rêves Tous les jours en grève Sans métro ni métrique Artaud l’électrochic Apollinaire blessé Baudelaire opiacé Distributeur

Lire la suite >

ALLER SIMPLE

Toujours le même port de départ Jamais le même port d’arrivée L’homme qui prend la mer Ne pense jamais au pire Parce qu’il n’y a

Lire la suite >

LIDO

Je vis au bord de la mort Sur une plage de sable plastifiée Aux dunes arpentées par des trans Au rythme de vagues consciences Avec

Lire la suite >

SEXOLOGIE ALEATOIRE

J’ai souvent longé les moulures de la table de nuit de mes parents D’où émergeaient des antennes de mensonges Caressé la poignée du tiroir oscillant

Lire la suite >

MOTS HASARDES

C’est comme si la phrase entre les mots respire. La forme est là pour révéler le fond. Les mots ne veulent rien dire d’autre que

Lire la suite >

PERPETE

Le temps nous fout en l’air. Personne ne se charge de la transmutation. On se ballade les mains dans les poches. Une clop au bec

Lire la suite >

USAGE ET TRAFIC DE MOTS

Ecrire. Saisir l’essentiel à dire chaque jour. Partir de l’enchevêtrement des neurones derrière les yeux. Atteindre leurs terminaisons les plus complexes épiant sous le derme.

Lire la suite >

SATANE SAM

C’était pas ton heure Cette heure perdue dans le néant Noyée de pleurs Pleurée de noix Cette heure freinée verticalement équitablement d’être là un homme

Lire la suite >

DESERTE HEURE

– Comment ? Tu  veux pas faire l’armée ? – Avec moi, vous seriez sûr de perdre… – T’irais pas nous défendre s’il y avait

Lire la suite >

PRESENCE SUSPECTE

De mourir ma vie s’est arrêtée Je n’ai ni ombre ni passé Mon présent fuit ce que je fus Ni plus ni moins qu’une hypothèse

Lire la suite >

LUI ET ELLE

Lui , il voulait faire un voyage héroïque, pas celui de la banque. Un trekking en jeep, puis en éléphant et après avoir dormi dans

Lire la suite >

IMPASSE DE LA MEMOIRE

C’est un chemin ou un ruisseau parsemé d’éclats de poteries multicolores, que borde un mur ancien fait d’éclats de poteries et ainsi de suite. Mais

Lire la suite >

HOMO ERECTICUS

Nous ne serions que de grands reptiles debout sous un soleil carré. La queue atrophiée en virgule au dessus de l’anus. De grands reptiles au

Lire la suite >

MOTS D’ARTIFICES

Toute poésie appartient au désespoir Elle nait d’une anti-situation Et d’un antique usage des mots Qui pour l’occasion savent apparaître Et disparaître après avoir lâché

Lire la suite >

TABLEAU C

Leur seule liberté est de braver la loi Avaler l’amertume Leur seul bonheur est inscrit en rouge dans le codex Quinze le matin Quarante à

Lire la suite >

LA BALLADE A LA DURE

Pourtant le jour se lève Comme il ne s’est encore jamais levé Lentement les idées vont plus vite Mais les périphs crachent un brouillard suspect

Lire la suite >

ECRITS-VAINS

Aujourd’hui qu’il est question d’écrire seulement pour être écrivain, n’espère pas tourner la page sur une énième histoire à dormir debout et puis après continuer

Lire la suite >

L’ALPHABETE

 L’art est fait comme un rat Et je suis un artiste raté Une pile de mots écroulée Sous le poids de ton regard A…………Atomique  

Lire la suite >

LIT & RATURES

Personnellement, tout a commencé par une tache. Une tache d’encre énorme, impensable sur le dictionnaire de mon père. Annulation de toute tentative de sens. C’était

Lire la suite >

SOUS LE MASQUE

Ses paupières battirent dans les trous du masque. Un souffle chaud se posa sur son nez Ce n’était pas jour de carnaval mais il ne

Lire la suite >

A LA FIN SERA LE VER(S)

Quand le soleil ne brillera plus par l’œil noir des serrures Quand le monde aura définitivement fermé boutique Quand les animaux parleront de l’homme à

Lire la suite >

SANG GATE

Depuis longtemps, les coups de freins stridents du camion se perdaient au fond de sa tête en longues flammèches rouges qui faisaient ressurgir par flash,

Lire la suite >

ET APRES ?

Quand l’espèce humaine se sera définitivement retirée dans sa bulle sur la planète Mars ou au fond des mers, pour calculer le coût de sa

Lire la suite >

JE CROISE LES AILES

Unique habitant au bout de mon cou tendu vers l’extrême présent J’ai usé tous mes cheveux Et les bras écartés comme des flêches je n’ai

Lire la suite >

GUERRE EPAISSE

Les premiers mois, les Européens ne se rendirent compte de rien. Les chaines de télévision continuaient d’asséner leur flot d’images identifiantes, comme s’il n’allait rien

Lire la suite >

PRIERE PAIENE

VIERGE IMMACULÉE À L’HYMEN PERENNE ECOUTE LA PRIÈRE DE L’HUMANITÉ HÉMOPHILE ÇA SAIGNAIT LA PREMIÈRE FOIS QUAND L’ANGE S’EST POSÉ DANS LE REVE ÇA SAIGNAIT

Lire la suite >

OLD MORNING

Les mains appuyées sur le lavabo, il regarda son visage aimanté par le miroir, rentra les lèvres, écarquilla exagérément les yeux puis repris une attitude

Lire la suite >

TEAM INTIME

Hautement inflammable au contact d’un brief Sur un marché en pleine érection Gagné par le plagiat de concept Et le rewriting sauvage J’essaye de faire

Lire la suite >

POEZITTO

Trou Sans quoi nulle clé Serrure Entre ouvre Murmure Tes quatre vérités Peau Sans mémoire de sa nudité Cellule Naît meurs D’un troupeau De sphynctères

Lire la suite >

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam. Lorem ipsum dolor sit amet.

Visit Us

OPENING HOURS

Join The club

Get updates on special events and receive your first drink on us!